About 8+GOALS

“Chance et abondance pour tous !”

C’est le message que 8+Goals - Show s’efforce de nous faire entendre. Cette initiative de sensibilisation des Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies est un évènement pour lutter contre le fatalisme et l’indifférence face à l’extrême pauvreté. En suscitant l’intérêt des médias et le nôtre, elle rappelle aux dirigeants l’urgence d’atteindre ces objectifs.

See Show

QUELS SONT LES 8 OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT

1 éradiquer la faim et la pauvreté extrême

Plus d’un milliard de personnes vivent encore dans une pauvreté extrême alors que paradoxalement, nous vivons dans une période de grande prospérité. Et bien que la crise financière ait fortement bousculé la trésorerie mondiale, les pays signataires, pauvres comme riches, doivent tenir leurs engagements pour mettre un terme à cette situation problématique.

En savoir plus

Des données récentes relatives au coût de la vie dans les pays en développement pourraient bien changer notre perception de l’ampleur et de la répartition de la pauvreté dans le monde. Toutefois, la régularité de la croissance économique affichée par toutes les régions en développement permet de penser que la pauvreté a encore eu tendance à reculer en 2007. L’objectif visant à réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de la population vivant avec moins d’un dollar par jour, reste à notre portée.

Depuis 1990, l’on mesure l’extrême pauvreté dans le monde en développement au moyen d’une norme représentant les seuils de pauvreté enregistrés dans les pays les plus pauvres de la planète. Fixé à l’origine à un dollar par jour, le seuil international de pauvreté a été revu par la suite à 1,08 dollar par jour.

La réduction de la pauvreté est tributaire du plein emploi et d’un travail décent pour tous. Le nombre de travailleurs pauvres ayant un emploi a peu de chances de diminuer quand la productivité n’augmente pas.

Au cours des dix dernières années, la productivité a augmenté d’au moins 4% par an en Asie du Sud, en Asie de l’Est et dans la Communauté d’États indépendants. Ainsi, le nombre de pauvres ayant un emploi a reculé dans ces trois régions. Par contre, la progression généralement faible et irrégulière de la productivité en Afrique subsaharienne n’a pas permis aux personnes ayant un emploi dans cette région d’échapper à la pauvreté.

Eshop

2 L'éducation primaire universelle

L'éducation primaire ouvre les portes du développement personnel et de l'autonomie. Tant que cet objectif ne sera pas réalisé, chaque action entreprise dans les pays en développement risque d'amener à encore plus de dépendance et d'instabilité.

En savoir plus

La scolarisation est en hausse dans l’enseignement primaire, mais pas suffisamment pour garantir que tous les enfants termineront un cycle complet d’ici 2015.

Pour atteindre cet objectif, le nombre de nouveaux instituteurs dont aura besoin l’Afrique subsaharienne d’ici à 2015 équivaut à la totalité du corps professoral actuel de la région.

En Afrique subsaharienne, au moins un quart des enfants en âge d’école primaire n’étaient pas scolarisés en 2008. Scolariser un enfant est crucial. Mais poursuivre la scolarisation est tout aussi important et plus de 30% des enfants abandonnent avant la dernière année. En dépit de tous ces défis, entre 1999 et 2008, le taux de scolarisation a progressé dans beaucoup de régions :

  • + 18% en Afrique subsaharienne
  • + 11% en Asie du Sud
  • + 8% en Afrique du Nord

La disparité entre les sexes diminue également au sein de la population non scolarisée. Mais d’autres données montrent aussi que les enfants des zones rurales ont deux fois plus de chances de ne pas être scolarisés que ceux qui vivent dans des zones urbaines.

La pauvreté constitue le plus gros obstacle à l’éducation, mais il existe aussi des barrières sociales et culturelles. Dans beaucoup de pays, l’éducation des filles et des enfants handicapés est perçue comme ayant moins de valeur, ce qui renforce un phénomène de marginalisation.

Eshop

3 Promouvoir l'égalité des sexes

Les femmes... Certaines d'entre elles se lèvent pour se faire entendre ou reconnaître... Dans beaucoup de pays, elles sont aussi le principal atout au développement. Mais aujourd'hui encore, une grande partie d'entre elles n'ont pas accès à l'éducation, ne travaillent que très peu en dehors de l'agriculture et ne peuvent pas être élues.

En savoir plus

L’égalité des sexes, qui est inscrite dans les droits de l’homme, est au cœur de la réalisation des OMD. Sans elle, l’on ne pourra vaincre ni la faim, ni la pauvreté, ni la maladie. Donner aux femmes un pouvoir égal d’intervention dans les décisions qui influent sur leur vie, de la famille aux instances les plus élevées du gouvernement, c’est leur donner la clef de leur autonomie.

De 2000 à 2006, le taux de scolarisation des filles au niveau du primaire a progressé plus rapidement que celui des garçons dans toutes les régions en développement. Mais les filles représentent encore 55 % des enfants non scolarisés.

La participation des femmes à l’emploi non agricole rémunéré a augmenté. Dans certaines régions, les femmes accèdent lentement à l’emploi rémunéré à un niveau équivalent à celui des hommes, ou dans le cas de la CEI, à un niveau supérieur.

En dépit d’une plus grande participation parlementaire, les femmes sont largement absentes des plus hauts niveaux de gouvernance. En janvier 2008, l’on comptait sept femmes sur 150 chefs d’État élus, et huit femmes sur 192 chefs de gouvernement des États Membres des Nations Unies.

Eshop

4 Réduire la mortalité infantile

L’on dit que nos premiers souvenirs sont ceux de nos cinq ans. Dans le monde, beaucoup d'enfants ne vivront même pas jusque là. Avant 2015, nous devons faire reculer de deux tiers la mortalité infantile. Mieux vaut s'y prendre aujourd'hui.

En savoir plus

En 2006, pour la première fois dans l’histoire, les taux annuels de décès d’enfants de moins de cinq ans sont passés en dessous de la barre des dix millions. Cependant, des millions d’enfants meurent chaque année de causes évitables, ce qui est inacceptable. Un enfant qui naît dans un pays en développement risque 13 fois plus de mourir au cours des cinq premières années de sa vie qu’un enfant né dans un pays industrialisé.

Le manque de progression en matière de survie des enfants se reflète dans le manque de services sanitaires de base dans certaines régions des pays en développement.

Les causes principales de décès d’enfants – la pneumonie, la diarrhée, le paludisme et la rougeole – peuvent facilement être évitées par de simples améliorations des services de santé de base et par des interventions.

En 2006, près de 80 % des enfants de la planète étaient systématiquement vaccinés contre la rougeole. Ce résultat est certes remarquable, mais il faudra redoubler les efforts pour s’assurer que chaque enfant soit immunisé et pour atteindre l’objectif de réduction de 90% de la mortalité due à la rougeole d’ici à 2015.

Eshop

5 Améliorer la santé maternelle

La plupart d'entre nous perçoivent la maternité comme une joie qui arrive, une, deux, voire trois fois au cours d'une vie et ce, quand nous le voulons. Pour d'autres, cela signifie accoucher en tant qu'enfant, dans de mauvaises conditions, dans la souffrance ou tout simplement la tristesse, lorsqu'on perd la mère, l'enfant, ou les deux. Pourrions-nous l'accepter ici ? Sûrement pas.

En savoir plus

Les taux élevés de mortalité maternelle continuent d’être inacceptables dans de nombreux pays du monde en développement. En 2005, plus de 500 000 femmes sont mortes pendant leur grossesse, durant l’accouchement ou au cours des six semaines qui ont suivi la naissance de leur enfant.

Au plan mondial, la mortalité maternelle a reculé de moins d’un pour cent par année entre 1990 et 2005 – un taux largement inférieur aux 5,5% nécessaires pour atteindre la cible.

La proportion de femmes enceintes dans le monde en développement, qui ont été examinées au moins une fois pendant leur grossesse, a progressé, passant d’un peu plus de la moitié au début des années ‘90 à près des trois quarts une décennie plus tard.

Les besoins non satisfaits en matière de planification familiale – l’écart entre le désir affirmé d’une femme de repousser une grossesse à plus tard ou de ne pas avoir d’enfant, et l’utilisation effective de la contraception – ont reculé dans la majorité des pays dont les tendances sont perceptibles. Dans toutes les régions, c’est dans les ménages les plus pauvres que ce besoin est le moins bien satisfait.

Eshop

6 Combattre les maladies

Comment éviter quelque chose qu'on ne sent pas venir ? L'instinct n'a que faire des maladies. Les gens si, lorsqu'ils sont au courant, et qu'ils savent que faire pour l'éviter. Après cela, il faut encore leur en donner les moyens, et le cas échéant, les soigner.

En savoir plus

Chaque jour, près de 7 500 personnes sont infectées par le VIH et 5 500 personnes meurent du sida parce qu’elles n’ont pas eu accès à des services de prévention et de traitement du VIH. Derrière ces chiffres renversants se cachent cependant quelques initiatives encourageantes qui ont permis de remporter de petites victoires dans la guerre contre le sida.

Selon les estimations, 15,5 millions de femmes et 15,3 millions d’hommes vivaient avec le VIH de par le monde en 2007, par rapport à 14,1 millions et 13,8 millions, respectivement, en 2001.

Le nombre de cas et de décès déclarés dus au paludisme s’est effondré de plus de 70% entre 2000 et 2006.

En 2006, selon les estimations, la tuberculose a tué 1,7 million de personnes. Pas moins de 14,4 millions de personnes étaient infectées par la maladie, dont environ 9,2 millions de nouveaux cas.

Eshop

7 Assurer un environnement durable

La pression démographique et notre mode de vie énergivore pèsent de plus en plus sur la planète. L'accès à l'eau potable reste aussi problématique car il constitue un facteur de développement pour les bidonvilles. Pour préparer les années à venir, des actions doivent êtres prises, et vite.

En savoir plus

De 1990 à 2005, le monde a vu disparaître 3% de ses forêts, une diminution moyenne de 0.2% par an. La déforestation, principalement due à la transformation des forêts en terres agricoles dans les pays en développement, avance à un rythme alarmant - environ 13 millions d’hectares par an.

Outre la perte de biodiversité, entre 18 et 25% des émissions de gaz à effet de serre sont causés tous les ans par la déforestation, qui devient ainsi un facteur principal dans le changement de climat.

Depuis 1990, le nombre de personnes dans les régions en développement qui utilisent des installations sanitaires améliorées a augmenté de 1,1 milliard, l’Asie du Sud-Est et l’Asie de l’Est affichant des améliorations notables. Cependant, pour atteindre la cible, le nombre de personnes utilisant des installations sanitaires doit augmenter de 1,6 milliard environ au cours des sept prochaines années.

En 2006, 96% de la population urbaine des régions en développement avaient accès à des sources améliorées d’eau potable, contre 78% pour les habitants des zones rurales.

L’absence de systèmes améliorés d’assainissement et le manque d’eau sont deux des quatre facteurs qui caractérisent les bidonvilles urbains. Des interventions simples et bon marché pour combler ces lacunes amélioreraient considérablement la qualité de vie des habitants des bidonvilles.

Eshop

8 Mettre en place un partenariat pour le développement

Financer au niveau mondial l'aide au développement n'est pas une tâche facile. La crise financière a fait fortement baisser l'aide mondiale qui est bien inférieure à 0,7% du revenu national brut, cible visée par les Nations Unies. De plus, pour accélérer le développement des pays pauvres, ils ont besoin d'infrastructures physiques et de communication. Ce n'est qu'en améliorant ce partenariat que nous pourrons améliorer la situation.

En savoir plus

L’aide mondiale demeure bien en deçà de la cible des Nations Unies qui est de 0,7% du revenu national brut (RNB) des membres du Comité d’aide au développement de l’OCDE. Dans l’ensemble, l’aide publique au développement (APD) provenant des pays développés a chuté de 0,28% de leur revenu national brut combiné en 2007.

Pour accélérer leur développement en améliorant leur production et leurs capacités commerciales, les pays en développement ont besoin d’assistance technique et d’autres formes d’assistance comme la création d’infrastructures.

L’accès à l’Internet aidera le monde en développement à réaliser les objectifs en matière de santé, d’éducation, d’emploi et de réduction de la pauvreté. À la fin de 2006, 1,2 milliard de personnes étaient connectées à l’Internet – à peine plus de 18 % de la population mondiale. Mais le fossé numérique demeure encore profond.

Eshop